Mielle... Quoi ? Faut en dire plus ?
InvitéInvité
Jeu 30 Aoû - 2:01

Dans la Vraie Vie


> Pseudo : hay'
> Age : 18
> Comment as-tu connu le forum ? Hasard, comme je t'aime ♥
> Code Règlement ? OK (Renou)


Personnage




> Nom : Mielle
> Surnom : Mielle les boules (dans son dos)
> Race/Classe : Prêtre
> Age : 18

Apparence


Véritable bombe a retardement, Mielle est totalement inconsciente de son corps, et de l'effet qu'il peut avoir autour d'elle. Selon elle les hommes l'apprécient bien parce qu'elle est gentille, et les femmes la détestent pour la même raison. Cela n'a rien a voir avec le fait que son corps tout en courbes ne soit recouvert que sommairement avec le tissus des "habits de voyage" que lui a offert un marchand un peu trop soûl lorsqu'elle escortait son convoi jusqu'à la ville suivante. Ni au fait que ses seins semblent vouloir sortir de son corsage a chacun de ses mouvements. Non, non et non. Tout est dû a son bon caractère... Pauvre fille.
Ceinte par ses habits un peu trop serrés, qu'elle porte parce que, de toute façon, les mercenaire qui accompagnaient le marchand lui avaient dérobé sa robe lors du voyage en leur compagnie, Mielle a l'air d'une experte de l'allumage.
Il reste que ses "habits" sont de bonne facture, et que leurs couleurs vives, dans les teintes de mauve et de rose, lui vont a ravir. Des bottes hautes, pas du tout confortables pour marcher, complètent cet ensemble. Un bandeau doré, signe de sa profession, posé autour de son front, constitue son principal ornement. Sur une danseuse le tout aurait été du plus bel effet. Mais sur une prêtresse qui offre ses services au plus offrant... Il va sans dire que les clients sont parfois tentés de se méprendre sur ses fonctions au sein d'un groupe.

C'est certain qu'avec ses grands yeux roses et ses cheveux de la même couleur, notre jeune femme ne passe pas inaperçue. Il suffit d'un regard pour que n'importe quel homme un minimum sensé n'arrive à la conclusion que Mielle serait utile dans son groupe. Serait-ce l'éclat d'espièglerie qu'on peut voir luire dans ses yeux, ou bien l'expression idiote qui se peint sur son visage rougissant lorsqu'un homme l'aborde dans la rue qui les attire comme des mouches ?

Tout ça sans que Mielle ne se doute une seule seconde de tout cela. Elle a des choses beaucoup plus importantes a faire que de s'occuper de son physique: trouver un nouveau livre de sorts, graver sur son bâton de marche, patienter au coin d'une rue... Des choses importantes, vous voyez le genre.




Personnalité

Citation :
« Une fille qui fait 95 de tour de poitrine et 32 de tour de tête ne peut pas vraiment être mauvaise. Elle peut seulement être légèrement sotte. »
— Michel Audidard

Il est peu probable que quelqu'un ait jamais une conversation profonde avec Mielle.
La fille fait souvent rire d'elle, et son surnom ridicule (Mielle les boules), qu'elle ne comprend d'ailleurs pas, témoigne de son incapacité à tenir tout raisonnement logique envers ceux qui pourraient être méchants envers elle.
Naïve serait donc le meilleur mot pour la décrire. Mielle se laisse embobiner par la première personne qui feint de s'intéresser à elle, et serait capable de la suivre n'importe où pour entrer dans ses bonnes grâces. Sa personnalité, foncièrement gentille, fait d'elle une fille sotte et facilement manipulable.

Mais il ne faut pas se méprendre: Mielle n'est pas totalement ignorante des choses de la vie, et elle est capable de dire non lorsqu'elle sent que la situation dans laquelle elle s'est encore fourrée n'est pas nécéssairement très nette. Cela lui aura d'ailleurs évité de participer à plusieurs vols et meurtres plus ou moins glauques, ainsi qu'à certaines "balades" avec de la marchandise illicite.

Qu'à cela ne tienne, cela n'empêche pas notre fille d'être toujours optimiste, ce qui fait d'elle un atout majeur dans un groupe. Plusieurs se sont d'ailleurs rendus compte que sa personnalité pétillante et ses conversations bidon avaient l'avantage de remonter le moral des troupes. Et ça, c'est ce qui fait que Mielle continue a se mettre dans les pires situations.

Que voulez-vous, c'est dans sa personnalité.




Partie Historique


L'enfance de Mielle a été tranquille et sans remous: adoptée par Le Vieux (ou le Vioque), un vieil érudit de Hautedune, après que celui-ci eut promis a une de ses élèves qu'il allait garder son bébé si il lui arrivait malheur. La mère de Mielle lui a toujours été décrite comme une grande magicienne, mais jamais sans plus de détails. Mielle se l'est donc imaginée comme une grande magicienne qui faisait le bien et aidait les gens dans le besoin. Personne ne l'a jamais contredit: pourquoi briser ses rêves et sa vie idyllique en lui disant que sa mère était en fait une sorcière de bas étage qui s'était fait mettre enceinte par son ancien professeur et s'était fait tuer lors du vol d'un artefact de pouvoir pour un noble corrompu ?

Notre jeune fille resta donc dans ses illusions, menant une vie paisible et lisant tous les (rares) livres de magie blanche qu'elle trouva chez le Vioque. Elle en vint a devenir une assez bonne guérisseuse, et ses services devinrent rapidement populaires auprès des nombreux anciens élèves du Vioque: voleurs et mercenaires faisaient la queue pour se faire soigner leurs nombreuses contusions et blessures par une jolie fille.

Pourtant, alors qu'elle avait 17 ans, alors que Mielle revenait d'une de ses visites à la bibliothèque elle trouva le Vieux étendu au beau milieu de la cuisine. Mort.
Ne connaissant pas de sorts pour le ressusciter, elle tenta tout de même de faire tout ce qu'elle pouvait.
Ce qui eut pour effet de foutre le feu à l'intégralité de la cuisine, et au Vioque par le fait même. Il va sans dire que l’enterrement se fit avec le cercueil fermé. N'ayant plus aucun endroit où aller, Mielle décida de devenir aide à la bibliothèque, tout en restant dans la maison du Vioque.

C'est en se promenant dans la bibliothèque qu'elle apprit l'existence de la magie curative et des prêtres itinérants. Un soir, alors qu'elle se préparait a fermer les portes, Mielle aperçut un homme, habillé d'une belle cape et d'une longue robe blanche avec des ornements dorés, dans les rayons de magie blanche. Lorsqu'elle lui demanda de sortir, l'homme la supplia de lui laisser encore un peu de temps, moyennant une belle récompense.

« — Je dois vraiment fermer, monsieur. Je vais avoir de gros problèmes si vous ne sortez pas. De très gros problèmes, vous savez, lui avait murmuré Mielle, impressionnée par son apparence.

Laisse-moi encore quelques minutes ! J'ai vraiment besoin de lire ce livre: je pars demain et je dois apprendre des sorts de guérison pour mon groupe, avait-t-il lancé sur un ton suppliant.

Monsieur, je... avait-t-elle faiblement répondu. Elle commençait à sentir sa volonté, déjà faible, flancher. Elle jeta un coup d’œil au vieux livre qu'il tenait dans ses mains comme si sa vie en dépendait. Elle en conclut rapidement qu'il n'était pas indispensable.Prenez-le. Prenez le livre et sortez, cela m'éviter bien des soucis !»

L'homme eut l'air incrédule. Il regarda Mielle avec des yeux ronds comme des billes, la bouche entrouverte sur un protestation qui ne semblait pas vouloir sortir.
Il finit par se sortir de sa stupeur et balbutia:

«—Je... Je ne peux pas prendre ce livre. Il est...

Prenez-le et allez-vous en. Ce vieux livre ne sert presque pas ici et personne ne remarquera son absence ! Allez, ouste, je devrais être sortie depuis 5 minutes ! le coupa Mielle, les mains sur les hanches.»

Une lueur étrange passa dans les yeux de l'homme, dont le regard engloba subitement le corps de la jeune fille. Il le détailla un petit moment, inspecta son expression sérieuse et sembla se décider. Sans un mot de plus il sortit avec un drôle de sourire guindé.

Mielle soupira et sortit de la bibliothèque en emportant les clefs et son bâton. Pourvu que personne ne s’aperçoive qu'elle avait fermé en retard.

***
Il va sans dire que la "vieillerie" qu'avait offert Mielle au voyageur était sensiblement plus importante que les autres livres du rayon de la magie blanche.
Il s'agissait en fait de "Traités philosophiques de magie blanche avancée: Essais sur le renouveau", un recueil des sorts les plus puissants de la magie blanche, qui contenait notamment la recette d'une potion qui pouvait relever les morts (dans une certaine mesure).
Le voyageur fut identifié comme étant un criminel notoire, qui se terrait dans les souterrains de la ville avec tous les objets qu'il réussissait à voler dans les musés ou les boutiques d'antiquités. Il était connu pour revendre ensuite les objets à des mages noirs, qui les utilisaient dans leurs divers plans.

Consternée (et comprenant finalement l'étrange sourire de satisfaction de l'homme, la veille) Mielle se confondit en excuse pour avoir bêtement proposé au voleur de sortir par la grand porte avec le livre qu'il convoitait.
Cela n'eut pour effet que d'accentuer sa réputation de bonasse, et accéléra son procès. Toutes les accusations qui pesaient contre elle furent rapidement levées lorsqu'on se rendit compte qu'elle ne le comprenaient même pas. À quoi bon enfermer en prison une idiote ? Mielle fut donc seulement exilée de la ville.

La nuit avant son exil définitif, Mielle décida de prendre les devants. Elle n'était tout de même pas assez idiote pour ignorer le fait que, si elle était escortée à la porte de la ville par un détachement de gardes, sa réputation atteindrait les autres villes avant elle. Et là, adieu la nouvelle vie ! Elle serait pour toujours étiquetée comme l'idiote qui avait laissé un traité de magie avancée au voleur le plus notoire de Hautedune. Non, ça n'allait pas.

Elle ramassa donc ses maigres affaires, les quelques livres de magie blanche qu'elle avait trouvé dans la maison du Vieux, et son bâton de marche. Laissant le pain sur la table, elle ferma la porte a clef, persuadée que personne ne serait assez méchant pour entrer dans la maison par la fenêtre ouverte si il voyait que la porte était verrouillée. Peut-être pourrait-elle revenir dans quelques années, si elle réussissait à se faire oublier.

Elle se rendit à la taverne la plus près des portes, et aborda le marchand le plus soûl de la salle, qui gueulait à qui voulait l'entendre qu'il n'avait pas réussi à trouver de prêtre pour accompagner ses mercenaires jusqu'à Château Rouge.

« — Je jure sur la tête de ma mère qu'y en a au moins un qui va *hic* crever comme... comme... un chien ! *burp* Les maudits monstres son toujours... toujours... attirés par la bouffe ! Et ces satanés... satanés *hic*... prêtres qui veulent plus... venir... *hic* avec nous. J'vous dit, c'est la poisse !»

Sentant sa chance, Mielle s'avança vers l'homme et se présenta:
« — Moi je suis guérisseuse... Je pourrais peut-être vous accompagner si vous partez ce soir... Je suis capable de guérir...

C'est pas d'une idiote de guérisseuse qu'on a besoin, ma minette, c'est d'un prêtre, la coupa l'homme, qui semblait avoir retrouvé ses esprits en voyant les courbes de Mielle se dessiner sous sa robe.Si tu sais pas faire... faire autre chose que des cata... cata... des onguents, *hic* t'as plus qu'a t'en aller ! À moins que tu ne sois un autre type... de guérisseuse...»

Pensant rapidement, Mielle se demanda quels différents types de guérisseuses il pouvait y avoir. Il devait parler des prêtresses, elle ne voyait pas ce qu'il pouvait y avoir d'autre. Avec ses connaissances en magie blanche, elle pouvait certainement se prévaloir du titre de prêtresse, même si personne ne l'avait jamais gratifiée d'un tel honneur. Elle en vint à la conclusion que, si elle voulait partir le soir même, elle n'avait qu'à répondre qu'elle était une prêtresse qui se cherchait un job.

«—Oui, je suis une prêtresse, dit elle avec son air le plus enjôleur. Je voudrais accompagner votre convoi si vous n'avez encore trouvé personne, ajouta-t-elle en souriant.

Une lueur de compréhension passa dans le regard de l'homme. Il était évident qu'il avait affaire à une ingénue.


***

«—Vous êtes sûr que ce sont des vêtements de voyage ? Je me sens un peu... à découvert,murmura timidement Mielle.»

Elle ne savait que faire devant la gentillesse de son marchand, qui, ayant rassemblé ses esprits du mieux qu'il pouvait, avait fouillé dans sa cargaison pour lui trouver des habits de voyage "plus convenables pour une jeune aventurière". Mielle n'était pas certaine d'être très confortable pour voyager dans sa tenue étroite, mais il fallait avouer que les couleurs étaient très jolies.

«—Certainement, certainement ! ajouta le marchand dans sa direction. Et puis, pour lui-même: J'ai bien hâte que mes petits gars voient ça...

Pardon ? Qu'est-ce que vous dites ?

Rien, rien. Je disais qu'il fallait se dépêcher avant que le soleil se lève: nous sommes déjà en retard sur la livraison. À c'theure on devrait être a Château-Rouge.»

C'est de cette façon que Mielle devint prêtresse itinérante. Elle se rendit à Château-Rouge, bien en vue comme un trophée sur la charrette du marchand, au milieu des mercenaires qui lui jetaient des regards à la fois envieux et étonnés. Comment leur chef avait-t-il pu se trouver une si belle escorte ?
Mielle n'eut pas à se servir de sorts de guérison pour ce voyage, mais elle pansa moult blessures atroces: égratignures, ampoules, piqures d'insectes...

Tout au long du voyage elle repoussa candidement toutes les avances qui pouvaient lui être faites, si bien que, arrivés à Château-Rouge, le marchand éberlué lui donna les quelques pièces qu'elle demandait et la regarda s'en aller avec l'impression de s'être fait royalement mener en bateau par cette fille si idiote.

Depuis, Mielle se promène, de taverne en taverne, écumant le marché et les rues dans le but de se trouver quelque groupe à aider. Les hommes sont ses principaux clients.




Récapitulatif & Détails


> Origine : Hautedune/Vaste Continent
> Famille et Relations : Le Vieux (Le Vioque)
> Possessions :"Habits" de voyage/Bâton de marche avec parure en défenses de plétaure/Sacoche de potions/Livres de sorts de gérison(La gérison pour les nuls, 5e édition & Guérir ses compagnons, techniques de base & Petit Guide Nidorf de la magie curative)/Petite bourse en cuir/Amulettes diverses
> Qualités, Talents : Optimiste, pétillante, très bonne guérisseuse/healeuse
> Défauts : Naïve (voire sotte), facilement influençable, lente a la détente




Dernière édition par Mielle le Jeu 30 Aoû - 23:03, édité 5 fois
Revenir en hautAller en bas
Mielle... Quoi ? Faut en dire plus ?

 Sujets similaires

-
» Il ne faut pas dire "cass toi pauv' con"
» Il ne faut jamais dire adieu, cela porte malheur.
» Megan of Scotland - Puisqu'il faut le dire, sans contrefaçon....
» Come to the Dark Side... we have cookies ! [PV Tom]
» suis je trop gentille ?
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum