Louka, chat-garou!
avatar
LoukaAventuriere Féminin Messages : 8
Age : 28
Inscrit le : 25/02/2013
Mar 26 Fév - 22:44

Dans la Vraie Vie


> Pseudo : Macha/Marzina
> Prénom : Lucie
> Age : 23 ans
> Job : Assistante de mission dans une collectivité
> Hobbies : écrire, lire, écouter de la musique, et plein d'autres choses!
> Autres : euh?...

> Comment as-tu connu le forum ? en cherchant sur des tops sites
> Code Règlement ? Paludicroque


Personnage




> Nom : Jeanne
> Surnom : Louka
> Race/Classe : humaine (chat-garou!)
> Age : 16 ans

Apparence


Sous forme animale, Louka ressemble à un chaton des bois ou un petit miahou, elle est encore trop jeune et n'a pas forme adulte. Son pelage orangé a la même couleur que ses cheveux, et il est toujours impeccablement nettoyé et brillant, pas un poil ne dépasse. Bien souvent, les gens ne peuvent s'empêcher de vouloir la caresser comme ils le feraient avec un miahou.
Sous forme humaine, elle a de longs cheveux blond vénitien (presque roux donc) qui sont toujours soigneusement démêlés. Ses yeux sont clairs et vifs, son nez est petit et rebondi et elle a toujours un petit sourire rusé sur les lèvres. Son visage est fin et de discrètes tâches de rousseur parsèment ses joues à la manière des moustaches d'un chat. Elle est petite et fine et se déplace discrètement et avec agilité. Ses gestes sont vifs et elle porte toujours des vêtements souples lui permettant une large amplitude de mouvement.

Personnalité


De manière générale
Elle est voleuse, impulsive et curieuse. Elle déteste avoir à « travailler », rien que le mot lui donne des boutons, d’ailleurs depuis qu’elle a fui sa maison elle n’a jamais plus travaillé. Lorsqu’elle a faim, elle chasse, si elle a besoin de quelque chose, elle le vole. Elle est très indépendante et tient énormément à sa liberté, néanmoins elle aime vivre en groupe, que ce soit au sein des chats ou de son groupe d’orphelins. Elle a horreur d'être mouillée ou d'avoir à se laver (autrement qu'en se toilettant elle-même), et pourtant elle a tout autant horreur d'être salie. Le fait d'être sale sous forme humaine la place donc dans un dilemme horrible. Gare donc à celui qui l'aura placée dans cette situation! D'ailleurs, ses colères sont redoutables...(oui, ses ongles sont aussi aiguisés que ses griffes).

Lorsqu’elle est chat
Elle se fait cajoleuse, adorable, afin qu’on prenne soin d’elle sans rien avoir à faire. Bien qu’elle se fasse parfois passer pour un miahou afin de se faire loger et nourrir aux frais de la princesse, elle ne pourrait jamais rester dans cette situation, elle ne veut pas être enchainée de quelque façon que ce soit. Elle passe un temps fou à se toiletter afin que son pelage soit impeccable. Elle aime jouer à courir après les baballes, et surtout jouer avec les petits animaux, surtout qu'à la fin -miam!- les petits os ça croustille sous la dent! Le mieux, c'est encore le soleil. S'allonger sur la terre chaude et profiter de l'éclat d'un soleil au zénith, le tout en ayant le ventre plein, voilà ce qui a le don de la faire ronronner! Sous cette forme, elle tente de passer pour un chat et reste donc stoïque, ce qui lui demande parfois des trésors de retenue.

Sous forme humaine
Elle prend grand soin de ses cheveux qu'elle garde libres. Elle a un très grand appétit, accru par ses transformations qui consomment beaucoup de son énergie. Elle adore dormir et se prélasser au soleil, et ne fait en général rien de plus de sa journée, mis à part voler. De ce fait, elle est toujours pleine d’énergie, sautille partout, et est très expansive. Elle aime "avoir l'air cool", être le centre de l'attention, et aussi jouer ou se battre (ce qui pour elle revient au même: comment jouer autrement qu'en balançant quelque chose/quelqu'un dans tous les sens façon punching ball?!). Votre carte chance si vous avez l'air d'une proie à ses yeux: avoir une jolie quantité de nourriture, ou une baballe à lui lancer. Néanmoins, elle sait être très généreuse envers ceux qui sont dans le besoin, pas méchante pour deux sous, elle n'hésitera pas à partager sa nourriture avec un humain ou une bête affamée, même si elle-même a le ventre qui crie famine. Ne lui parlez pas de "parents" ou d'"amour parental" sous peine de vous entendre rétorquer "les parents ça sert à rien", le tout agrémenté d'un regard noir.

Partie Historique


Jeanne fait partie de ces gens qui naissent avec « ce petit quelque chose en plus ». Lorsque sa mère a posé les yeux pour la première fois sur elle, elle n’a rien remarqué d’anormal, c’était un nouveau né comme les autres, bien qu’un peu plus remuant et bruyant que la plupart, mais rien d’alarmant. Ce petit quelque chose », on l’a dès la naissance, ou on ne l’a pas. La mère de Jeanne ne l’avait pas. Son père non plus. Mais comme je vous l’ai dit, cela ne se voyait pas, alors Jeanne a eu une enfance tout à fait banale dans une petite maison de campagne au milieu des champs des Calmes-Plaines. Cette vie n’avait rien d’exaltante, son père était bûcheron et était souvent parti, et la mère s’occupait des champs et des bêtes ainsi que de la petite. Ils avaient bien tenté de donner à Jeanne un petit frère ou une petite sœur, sans succès, alors ils couvaient particulièrement leur seul et unique rejeton. C’était une famille plutôt heureuse comme on en croise partout sur ces terres, la petite était vive d’esprit, très dynamique, aimait courir après les chiens et les moutons des plaines, mais ce qu’elle aimait par-dessus tout, c’était les chats des bois. Ces bêtes avaient la plus grosse part de son affection, leur miaulement semblait à ses oreilles le son le plus rassurant au monde, et elle aimait cet air de liverté sauvage qu’ils semblaient tous arborer. Une fois, alors qu’elle jouait avec un chaton des bois, elle fût surprise de l’entendre lui demander :

« Aimerais-tu venir chasser avec moi ? »

L’enfant, loin d’être apeurée, approuva une grande joie, s’imaginant qu’elle avait le don de parler aux chats des bois. Elle prit la brave bête dans ses bras potelés et l’amena en courant jusqu’à sa mère, lui racontant qu’elle l’avait entendu parler. Mais sa mère était loin de partager cette affection pour les chats des bois, elle prit le chaton des bois par la peau du cou avec une grimace de dégoût et le jeta dehors, avant de sermonner sa fille et de lui interdire de jouer à nouveau avec ces créatures. La petite était obéissante, mais l’attirance étrange qu’exerçaient sur elle les chats des bois était plus forte que tout, et elle finit par jouer à nouveau avec eux. Au fur et à mesure que les semaines passaient, elle comprenait de mieux en mieux leur langage et réussissait même à reproduire certains sons. Elle partagea très vite leur goût pour les choses qui brillent et les choses qui roulent, et lorsque sa mère tricotait, cette pelote qui tournait sans arrêt l’obsédait, l’hypnotisait même. La mère trouvait que sa fille changeait, que son comportement était de plus en plus étrange. Le soir de ses 8 ans tandis qu’elle jouait frénétiquement avec une pelote de laine, sa mère s’emporta et l’attrapa violemment par le bras. La petite n’avait jamais vu sa mère aussi énervée.

« Tu traines encore avec les chats des bois, c’est ca ?! Je te l’avais pourtant défendu ! Tu t’imagines encore que tu peux parler avec eux ?! Tu vas finir morte, ou pire encore, comme ta grand-mère ! »

Ce soir-là, elle fût punie, enfermée dans sa chambre, et sa mère avait promis qu’elle ne sortirait plus de la maison avant que cette obsession pour ces « sales bêtes » lui soit passée. Jeanne n’avait jamais connu sa grand-mère, sa mère ne semblait pas l’aimer beaucoup, elle lui avait dit qu’elle était complètement folle, qu’elle vivait avec tout un tas de chats des bois autour de sa maison, et qu’elle n’avait jamais aimé que ces sales bestioles vicieuses qui avaient fini par prendre le contrôle de sa tête. « Elle se prenait pour l’un des leurs » lui avait-elle même dit. Elle pleurait donc, recroquevillée dans sa chambre sur son lit, partagée entre l’amour pour sa mère, et l’amitié pour les chats des bois, lorsque l’un d’eux apparut à sa fenêtre. Il s’assit et la fixa de ses yeux malicieux, semblant guetter quelque chose. La pleine lune se reflétait sur son beau pelage, et Jeanne se souvient encore avoir souhaité à ce moment là être aussi belle et libre qu’un chat des bois. C’est là que quelque chose d’étrange se passa. La lumière de la lune semblait répandre une douce vague de chaleur à l’intérieur de son corps et faisait picoter ses doigts et ses orteils. Sa vue se brouilla, et la dernière chose qu’elle aperçut fût le chat qui continuait de la fixer avec bienveillance, sans surprise, comme s’il attendait ce moment.

Elle fût réveillée par les cris de sa mère. Sa mère avait toujours été bruyante, et en cela elle lui ressemblait bien, mais cette nuit là les cris semblaient lui percer les tympans. Elle voulut lui demander de ne pas crier aussi fort, mais le seul son qui passa ses lèvres fût un miaulement tremblant. C’est là qu’elle commença à se demander ce qui se passait, si quelque chose de bizarre n‘était pas arrivé. Tandis que sa mère quittait la chambre en trombe, elle jeta un œil sur ses mains…pattes ! Son cœur battait à toute vitesse, elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, tout autour d’elle lui semblait disproportionné, trop grand. Sa mère revint dans la chambre armée d’un balai et se précipita vers elle, l’air menaçant. Elle s’entendit pousser un miaulement déchirant tandis que le balai s’abattait sur elle. Elle l’évita de peu, et vit qu’il s’apprêtait à nouveau à lui tomber dessus. Prise de panique, elle chercha alors à quitter la chambre, mais agiter quatre pattes à la fois était un exercice assez périlleux. Sa mère continua de la poursuivre armée de son balai à travers la maison en hurlant :

« Rendez-moi ma fille, sale bête ! Qu’en avez-vous fait ?! »

Jeanne poussait des miaulements déchirants, trébuchant lorsqu’une de ses pattes se faisait la malle, tentant d’expliquer que c’était elle, sa fille, mais rien n’y faisait. Elle dut prendre son élan afin d’atteindre la fenêtre de la cuisine restée ouverte, et s’y accrocha avec ses…griffes. Voyant avec horreur le balai se rapprocher, elle se débattit comme un petit diable et réussit à remonter sur le rebord de la fenêtre. Elle lança un dernier regard désespéré vers sa mère, puis sauta au dehors. Elle courut droit devant elle, le plus loin que ses petites pattes pouvaient la mener, à travers les champs et les arbres et finalement, à bout de forces, elle finit par s’endormir sur un lit de mousse dans un bois. Le lendemain, elle avait finit par comprendre qu’elle était devenue une sorte de bête à mi-chemin entre un petit chat des bois et un miahou. Observant son reflet dans une flaque d’eau, elle avait scruté avec curiosité la petite truffe, les pattes, les moustaches, le pelage orangé. Les chats des bois vivant dans le coin lui apprirent rapidement à maitriser sa nouvelle forme. L’un d’eux, plus vieux que les autres, lui apprit qu’il avait vécu dans ses jeunes années avec sa grand-mère, et qu’elle avait le même don qu’elle. Elle l'appelait Oscar, c'était lui qui l'avait observée à travers la fenêtre, guettant sa transformation. Il la rassura en lui disant que sa transformation n’était que temporaire, qu’elle redeviendrait humaine lorsque la lune ne serait plus ronde, et qu’elle aurait alors tout loisir de passer d’une forme à l’autre, une fois qu’elle maitriserait sa transformation.

Et en effet, après plusieurs jours, en se réveillant le matin, elle n’était plus un chat des bois mais à nouveau une jeune fille. Elle essaya bien de retourner voir ses parents, mais elle remarqua sur la porte la marque du deuil. Jetant un œil par la fenêtre, elle vit que son père et sa mère étaient tous deux en bonne santé bien que pleurant à chaudes larmes. Elle comprit alors que c’était d’elle dont ils portaient le deuil. Elle n’osa alors pas entrer, le chat des bois qui l’accompagnait lui expliqua qu’ils ne pourraient plus jamais l’accepter, ils n’avaient pas le don, ils ne comprendraient pas. Elle dût alors apprendre à vivre par elle-même, et oublier son chagrin. Elle pouvait survivre en chassant comme les autres chats des bois lorsqu’elle était sous leur forme, mais elle avait du mal à manger la viande crue lorsqu’elle avait forme humaine. Elle se rapprocha alors d’une ville, et se mit à voler. Elle rejoignit une bande d’orphelins qui se nourrissaient en volant chez les bourgeois et les commerçants, et elle prit un nouveau nom : Louka. Parfois, elle prenait discrètement sa forme de chat pour s’introduire dans les maisons et voler de petites quantités de nourriture, des dragons d’or, et même parfois des pelotes de laine et autres choses qui roulent. Personne ne connaissait son secret, mis à part les chats des bois qu’elle rejoignait à chaque soir de pleine lune. Elle aimait dormir au soleil, ou bien près des cheminées, et se faisait parfois passer pour un miahou afin que les habitants la laissent entrer. Si elle avait de la chance, ils la laissaient dormir près de la cheminée et lui donnait même des restes à manger. Elle s’était totalement habituée à sa nouvelle nature et préférait même sa forme animale. Seulement elle remarqua relativement vite qu’elle ne pouvait pas rester trop longtemps sous cette forme, sous peine d’en garder les traits. Le vieux chat des bois lui expliqua que c’était ce qui était arrivé à sa grand-mère. Lorsqu’elle restait trop longtemps chat des bois, elle en gardait les habitudes même en reprenant forme humaine. Le vieux chat des bois la mit en garde : si elle restait trop longtemps de suite sous forme animale, elle finirait par oublier jusqu’à la manière de reprendre forme humaine. La transformation avait aussi un autre côté négatif : elle demandait une grosse quantité d’énergie, et à peine la transformation achevée, elle avait alors un appétit féroce. Elle était devenue par la force des choses une grosse mangeuse, malgré son corps maigrichon. Malgré l'abandon elle eût une enfance heureuse parmi les chats et les humains et est devenue une adolescente enjouée et pleine de vie, avide d'aventure et de découvertes en tout genre.

Récapitulatif & Détails


> Origine : Calmes-Plaines
> Famille et Relations : des parents qu'elle ne voit plus, plusieurs chats des bois et des orphelins de sa ville d'origine
> Possessions : un bâton de combat, une sacoche dans laquelle elle range son butin dont une partie de sa collection de baballes
> Qualités, Talents : agile, franche, généreuse, joueuse, courageuse (devant le danger, mais pas devant les tâches ménagères xD ), manie bien le bâton en combat.
> Défauts : impulsive, impudique, paresseuse, parfois cruelle, irresponsable, fière, goinfre.









une souris
5 baballes
3 biscuits
un bâton de bois

Humaine / Chat-garou, 16 ans
"Moi bizarre? Naaaaaan! Nan. N'insiste pas. TU TE LAVES JAMAIS TOI?! Jamais avec ta langue...Certes. J'avais un peu de sauce sur la main. Je t'assure, je suis tout à fait normale!..........Oh! une baballe! Nyah!!! <3"
NUMERO DE QUETE (Qx) OU EVENT (Ex) : NOM DU RP

Voir le profil de l'utilisateur Revenir en hautAller en bas
avatar
Kord'Seigneur Masculin Messages : 3394
Inscrit le : 06/12/2010
Mer 27 Fév - 15:30
Re-bienvenue \o/

Vraiment une très bonne idée ce pouvoir ! J'ai juste une question, est-ce qu'elle contrôle son pouvoir tout le temps, où est-ce qu'à la pleine lune elle se transforme forcément en chat ?

Sinon c'est parfait, amuse-toi bien sur CCR ! :)





Co-Seigneur de CCR

Personnages : Boradöm, Idrïn Varcien, Sally Tiliel
Voir le profil de l'utilisateur Revenir en hautAller en bas
avatar
LoukaAventuriere Féminin Messages : 8
Age : 28
Inscrit le : 25/02/2013
Mer 27 Fév - 15:49
En règle générale, elle contrôle son pouvoir, qui est limité par la quantité d'énergie qu'elle possède en elle et qui ne se régénère que par la nourriture.
Par contre à la pleine lune effectivement, elle se transforme. Elle peut "retarder" la chose mais pas l'empêcher, et quand elle essaie de "retarder" sa transformation à la pleine lune, ce qui en théorie lui demande une grande concentration, la transformation s'effectue partiellement petit à petit et est plutôt désagréable, jusqu'à ce qu'elle soit entièrement transformée.

Merci pour l'accueil en tout cas, et je crois avoir un petit souci avec une image qui ne s'affiche pas dans la présentation, je modifierai ça ce soir!







une souris
5 baballes
3 biscuits
un bâton de bois

Humaine / Chat-garou, 16 ans
"Moi bizarre? Naaaaaan! Nan. N'insiste pas. TU TE LAVES JAMAIS TOI?! Jamais avec ta langue...Certes. J'avais un peu de sauce sur la main. Je t'assure, je suis tout à fait normale!..........Oh! une baballe! Nyah!!! <3"
NUMERO DE QUETE (Qx) OU EVENT (Ex) : NOM DU RP

Voir le profil de l'utilisateur Revenir en hautAller en bas
avatar
Kord'Seigneur Masculin Messages : 3394
Inscrit le : 06/12/2010
Mer 27 Fév - 16:32
D'accord, merci pour la précision ! :)





Co-Seigneur de CCR

Personnages : Boradöm, Idrïn Varcien, Sally Tiliel
Voir le profil de l'utilisateur Revenir en hautAller en bas
avatar
SaelaAventurier Masculin Messages : 335
Age : 24
Inscrit le : 29/08/2012
Ven 1 Mar - 8:46
Bienvenue \o/

Bon sang, la partie historique est logue mais ça valait le coup de lire ^^







Un bon steak
Un sabre, une dague et des couteaux de lancer
Invocation de Nesh

Humaine / Spadassin, 84 ans
Juste derrière toi, petit...
84 ans et toutes mes dents, c'est pas si mal d'être une mutante.

Double compte : Malkar.


Voir le profil de l'utilisateur Revenir en hautAller en bas
avatar
SisiliaGarde Féminin Messages : 1524
Age : 39
Inscrit le : 28/04/2011
Sam 16 Mar - 22:36
Yaaaaaah !! J'adore le prénom Jeanne =ω=
Bon mais je te rassure, c'est pas tout ce que j'ai retenu de la fiche xD Elle a l'air marrante, cette Louka !
Je sens qu'on va bien se marrer ! \o/







  1
  Contes
  Sceptre

Type de magie :
  Végétale

Humaine / Mage
21 ans

Mage inutile cherche destin sur routes Farghestan. Aide appréciée, même sans références. Brigands s'abstenir.
RP : Une couille dans l'breuvage.
RPO : Hep, serveur !
E1 : Rêve créatif, rêve explosif !



Voir le profil de l'utilisateur Revenir en hautAller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en hautAller en bas
Louka, chat-garou!

 Sujets similaires

-
» Le chat garou
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Le petit chat m'aimait
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum